Marie-Amélie nous parle de sport intensif et de fuites urinaires

Marie-Amélie nous parle de sport intensif et de fuites urinaires

On a rencontré Mélie, qui nous parle de sa pratique sportive, de son rapport aux règles, et de pourquoi elle utilise Malucette !

 

 

Est ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Marie-Amélie, mais on m’appelle plutôt Mélie. Je suis dans la communication et je suis passionnée de sport. Autant en intérieur comme la musculation ou en extérieur comme la course à pied, le trail, la randonnée, l’escalade…

 

Ça fait combien de temps que tu pratiques du sport ?

Ça fait 5 ans que j’ai vraiment commencé, et aujourd’hui c’est 6 jours sur 7 d’entraînements, c’est ce qui rythme mes journées ! Je fais entre 70 et 100km par semaine !

 

Comment tu arrives à garder ta motivation ?

C’est un rythme de vie, mais surtout grâce au collectif : les entraînements avec les amis, avec un club, c’est ce qui permet de rester motivée ! 

 

Est-ce qu’il y a une expérience sportive qui t’a particulièrement marquée et dont tu aimerais nous parler ?

La course du coeur !  Il s’agit d’une course de relais en équipe pour faire Paris / Bourg St Maurice pendant 4 jours et 4 nuits. C’est à la fois intense et magique parce que ça soude les équipes, on se dépasse et on va au bout de nos limites !

 

 

C’est quoi ton rapport aux règles ?

Ça s’est toujours bien passé. Je les ai eues tôt, en CM2. J’ai toujours eu un cycle régulier, pas de douleurs. Malgré tout, il y a 5 ans j’ai pris la décision avec mon médecin de stopper mes règles. Avec le sport, j’en avais marre d’avoir à gérer mon planning en fonction de mes règles. De plus, j’ai vécu une expérience pas très cool sur une course, où de nuit j’ai dû changer mon tampon, alors qu’il pleuvait et que je n’ai pas pu me laver les mains après… j’ai eu un déclic, et j’ai donc décidé d’arrêter.

Depuis, je n’ai plus mes règles. Je suis suivie par un médecin et ça se passe très bien. C’est une autre façon de vivre avec son corps.

 

Comment en es-tu venue à acheter les tangas Malucette ?

J’ai rencontré Robin, le co-fondateur de Malucette, sur une randonnée. On discutait des règles et comment les femmes pouvaient les vivre en randonnée, de l’organisation etc… Effectivement, ce n’est pas toujours évident… Robin m’a alors parlé de la création de Malucette et je lui ai parlé du gros tabou des femmes dans le sport : les fuites urinaires. À un moment donné, tous les muscles ne peuvent pas tous travailler en même temps et tout contrôler.

Donc je me suis dit que j’allais tester Malucette, surtout pour la course à pied. Parfois l’effort est tellement intense, on peut pas contrôler, et c’est génial d’avoir un tanga super confortable, agréable, qui ne se voit pas sous le short ou le legging, et qui surtout permet qu’on ne soit pas gênée parce qu’on a eu une fuite en courant. Testé et approuvé sur le marathon de Paris !

 

Tu peux nous parler de ce marathon justement ?

C’est une expérience incroyable ! Tu pars de chez toi, et sur le quai du métro tu vois que des personnes en tenue de sport comme toi, dans une ambiance un peu stressée. Le premier truc qui m’a marquée, c’est que pour la première fois sur le marathon il y avait des toilettes pour les femmes dans le sas de départ, mais aussi dans tous les ravitaillements, pour la première fois on a pensé aux femmes !

C’est un moment unique, parce qu’on est à la fois entouré.e de plein de gens, et en même temps c’est un challenge avec soi-même. On traverse plein d’émotions, au début tout se passe bien, on se dit qu’on respecte son allure c’est super, et puis ça continue et tout d’un coup je ressens des choses bizarres, mes jambes commencent à être lourdes. 35ème kilomètre, je prends le mur, je sens plus mes mains, des étourdissements… Et là, il faut être à l’écoute de son corps, donc savoir s’arrêter. Il faut savoir reprendre le dessus, et se dire que son corps ne veut plus y aller, mais la tête elle veut ! Je vais passer au-dessus, me battre et passer la ligne d’arrivée !

Quand on y arrive, il y a ce tapis vert, tout le monde sur le bord… c’est magique !

Sur le marathon on rencontre des gens qui se sont entraînés des mois pour ça, mais aussi des personnes qui le font pour se lancer un défi et qui y arrivent ; et ça c’est merveilleux !!! 

 

Comment tu t’es entraînée pour ce marathon ?

J’ai la chance d’être dans un club, donc il y a un coach qui nous prépare. Une séance de renforcement par semaine, deux séances de fractionné, deux à trois séances de footing dont une sortie longue; pour arriver le jour J prêt. J’ai donc déjà participé à des 10, 20km etc avant.

C’est d’ailleurs surtout sur les courses de 10km, très intenses et rapides, où les tangas Malucette c’est top. Autant sur un marathon, on peut s’arrêter quand on a besoin, sur un 10km on ne s’arrête pas. C’est cool de savoir qu’on a la sécurité du tanga. Avant le tanga, tu ne sens même pas que tu as une fuite parce que le tanga a absorbé. C’est une charge mentale en moins.

 

 

Un grand merci à Mélie pour son témoignage super badass ! ❤️